BIDON – Fiets cafe made in Gand

Vous l’aurez certainement remarqué mais je me suis trouvé une passion pour les cafés vélos. J’en ai déjà visité quelques uns en Europe et cette fois-ci je me suis arrêté à Gand chez Bidon Coffee & Bicycle.

IMG_2011

Le café est situé au nord-est de Gand, derrière la Cathédrale Saint Bavon et possède la grande particularité d’avoir été créé par une femme. Hé oui mesdames, n’en déplaise aux hommes, on est ici dans un lieux tenu par des fan(es) de cyclisme.

L’endroit est très spacieux et assez accueillant. Mais il ne faut pas s’y méprendre, on ne pourra pas y faire réparer son vélo en buvant un café. On pourra par contre acheter quelques accessoires (casque, cadenas, paniers,…) et même des vélos de la célèbre marque anglaise Tokyo Bike. C’est déjà pas mal mais les puristes ne s’y retrouverons peut-être pas. Quoi qu’il en soit, j’ai passé un bon moment, le service était très agréable et j’ai bu un excellent café glacé. Une précision qui a son importance: les allergiques au lactose pourront également se rafraichir car toutes les boissons sont disponibles en version lait de soja ou lait d’amande. C’est assez rare pour le mentionner!

En conclusion, un chouette endroit pour vous reposer, venir lire un livre ou faire une halte lors de votre visite à Gand. Vous pouvez également y petit-dejéuner ou y déjeuner;  la carte propose de la petite restauration et quelques délicieuses sucreries. Encore une bonne adresse à noter dans votre carnet voyage.

Publicités
BIDON – Fiets cafe made in Gand

200 -Le MAG / C’est comme le vélo…

Bonjour à toutes  et tous ! Après Paris, on reste chez nos amis français (à croire qu’on les aime bien finalement 😉 ) pour un article en 2 temps. On va d’abord aller se balader du côté du magazine vélo 200 et ensuite embarquer pour une petite virée au sein d’une expo photo vélo pas comme les autres.

200 – Le MAG

« Aimer, rouler, avoir froid » sont les mots en couverture du dernier numéro du magazine 200 et cela en dit long sur l’état d’esprit de la rédaction. En tant qu’amateur de vélo, j’ai longtemps cherché un chouette mag de vélo qui ne soit pas uniquement rempli de tests de super bécanes impayables et d’interviews des jeunes espoirs d’une équipe néo pro du fin fond du Limbourg. Mais en Belgique, terre du cyclisme s’il en est, c’est mission impossible. J’avais fait un article il y a quelques temps sur des super revues mais on était vraiment plus dans une format « mook » que dans le vrai magazine sur le vélo. Et puis, il y eut 200 ! Je suis tombé un peu par hasard sur leur page Facebook et j’ai liké. Si le mag est compliqué à trouver en Belgique, j’ai profité de mon escapade parisienne de début février pour acheter le magazine en kiosque. Depuis, je ne le lâche plus!

001_200-11

La légende veut que « 200 » soit pour le fait que les créateurs ne roulent jamais moins de 200km lors de leur sortie… le mythe reste intacte. En attendant, le style est frais et différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’ici. Les sujets sont passionnants et on sent l’amour de l’effort et de la souffrance. Une chose différente, ce n’est pas un magazine de « mec » où les femmes font l’objet d’un numéro spécial par an. Les articles retracent les exploits fous ou les simples histoires des amoureux et amoureuses du vélo. Bon, on n’échappe pas aux tests de vélos mais bon au fond de moi, j’aime quand même bien ça…    Bref si vous n’êtes pas déjà abonnés, faites-le !!!

C’est comme le vélo…

Un flyer qui trainait sur le comptoir d’un café-vélo à Paris avec une photo d’un beau vélo acier des années 1970 et un texte assez intriguant sur une exposition de photos de vélos et la possibilité de repartir avec la photo et le vélo lui-même! Il n’en fallait pas plus pour attirer ma curiosité. Le concept lancé par  Olivier Placet et Roland Cogotti nous promet donc  d’admirer de magnifiques vélos en photos et en « acier ferme ». Les heureux acquéreurs auront donc deux fois plus de plaisirs; une première fois avec les yeux et une deuxième fois avec les mollets. Ci-dessous, un bref aperçu de leur travail.

Pour ceux qui auront l’occasion de s’y rendre, l’expo se tiendra d’abord à la mi-mars à Toulon. L’expo viendra ensuite sur Paris avec une avant-première parisienne en avril et puis l’expo grand public en juin. Vous trouverez toutes les infos utiles sur leur page Facebook ici. Si jamais l’envie leur prend de venir présenter l’expo à Bruxelles, je serai leur premier client 😉

200 -Le MAG / C’est comme le vélo…

À Paris, au fil des cafés-vélos

Bonjour les amis! Après un petit break et plein d’aventures, Cyclogram repart pour un petit tour. J’ai plein de choses à raconter car il y a plein de choses qui se sont passées mais là j’ai envie de commencer par un sujet que j’aime particulièrement: les cafés-vélos!

J’ai eu l’occasion, en ce début de mois de février, de faire une petite escapade parisienne. Et sur ma « to do » liste, j’avais coché plusieurs adresses de cafés-vélos. J’ai donc trainé ma copine à travers la capitale française pour une petite tournée de ces lieux où se mélange  passion du vélo et délicieuses boissons chaudes.

Au sommet de ma liste se trouvait Steel Cyclewear & Coffeeshop! J’étais très impatient de découvrir ce lieux car je suis leurs activités sur Facebook depuis un bon moment. J’étais tellement impatient que je suis arrivé trop tôt avant même l’ouverture et que j’ai donc bavé devant la vitrine et les volets fermés.

J’ai donc pris mon mal en patience et suis revenu plus tard. Mais ayant mal géré mon temps, je suis arrivé 30 minutes avant la fermeture. Suffisant pour faire le tour du magasin mais trop tard que pour commander quelque chose à boire ou à manger. Néanmoins, l’endroit est vraiment chouette, les gars sont hyper sympas et le shop propose un choix vraiment pointu en terme d’équipements vélo et autres vêtements adaptés à la pratique du biclou en ville. Après, il ne faut pas se mentir, on reste dans un marché assez haut de gamme mais chacun peut y trouver son bonheur. Après avoir essayer une tonne de veste, je ne suis finalement reparti qu’avec 2 paires de chaussettes 🙂 Mais les gars sont restés hyper cool et ça c’est vraiment top. Sinon, comme je l’ai dit, je n’ai pas pu tester la nourriture mais le menu avait l’air assez sympa. Ce sera pour une prochaine visite ! Dernier élément, les mecs organisent des sorties de groupes qui fonctionnent pas mal et qui permettent de découvrir les routes autour de Paris!

En seconde position, je voulais aller voir KM O (lire kilomètre zéro). Là on bascule directement dans la pratique sportive du vélo et le slogan met tout de suite dans le bain: « Le camp de base » du cycliste. On y trouve du matériel dernier cri et hyper performant. L’ambiance est vraiment axée sur l’esprit cyclo-sport, voir même néo-pro. Les personnes qui y travaillent sont accueillantes et connaissent vraiment bien leur métier. Le coin « café » est assez réduit mais propose tout de même quelques sélections de petites choses à boire et à manger. Mais surtout, on trouve plein de produits énergétiques: barres de céréales, boissons hydratantes,… Mais l’atout de KM O, c’est également de proposer tout un tas d’activités liées à la pratique du vélo. Cela va du cours de spining au cours de yoga spécial pour les cyclistes en passant par des sorties de groupe. Bref, si vous voulez de la perf, vous serez servis !

 

Enfin, vient en troisième position le coup de coeur parmi mes visites parisiennes. J’ai eu le plaisir de découvrir La Chouette. Ce petit café-vélo n’est pas très grand mais possède un charme fou. J’ai eu l’occasion d’y prendre comme on dit chez nous le « 10h » et c’était vraiment bien. Le concept est simple: nourriture simple et mécanique simple. Pas de fioritures, pas de chichis, ici on fait du bon et du beau. Côté nourriture, ils ont misé sur des classiques: bagles, cookies, fondant au chocolat,… Côté boisson: on a un très bon café (je ne suis pas amateur d’habitude mais c’était vachement bon en bouche!) et de très bons thés. Tendance oblige, on a évidemment des boissons au thé matcha! Côté mécanique: on  part sur un atelier assez réduit mais capable de dépanner n’importe quel vélo en rade. Par contre spécialité de la maison: retaper et revendre d’anciens vélos. On est quasi exclusivement sur du cadre acier des années 70; on trouve 1 ou 2 vélos un peu plus récents mais à la mécanique simple.

Bref, je persiste et signe en disant que c’est mon coup de coeur à Paris. Le côté chaleureux du lieu m’a convaincu. C’est LE café-vélo dont il faut s’inspirer pour Bruxelles.  A bon entendeur…

 

 

 

À Paris, au fil des cafés-vélos

Les fous du guidon by L’Equipe

Salut les cyclistes! Bon j’avoue que je n’ai pas beaucoup posté ces derniers temps mais entre les enfants, le boulot et tout le reste, j’ai encore laissé les choses me dépasser. A cela on ajoute une bonne dose de flemmardise hivernale pour couronner le tout, et on obtient… ben en fait rien du tout.

unknown

Mais qu’à cela ne tienne, je vous propose aujourd’hui de parler d’un petit reportage d’une vingtaine de minutes fait par le journal L’Equipe sur la culture vélo, et plus particulièrement sur l’univers des coursiers à vélo. Rien de bien neuf vous me direz suite à l’avènement de la pratique du fixie dans les rues des capitales du monde entier (je suis moi même propriétaire d’un magnifique cadre ’70s repeint en « candy green » monté en pignon fixe 😉 ). Mais je pense que ce petit reportage permet de montrer que même si l’engouement populaire s’estompe, il reste quand même une fascination pour cette subculture dont les codes sont directement inspirés du mode de vie de ces coursiers à vélo.

Si vous avez donc une vingtaine de minutes devant vous pendant votre pause déjeuner, dans le métro ou encore pendant que vous sortez le chien, laisser vous embarquer par Les Fous du Guidon.

Keep on riding!

Les fous du guidon by L’Equipe

Cimorné – Alost

En ce week-end automnal, j’ai profité d’une météo favorable et sous le signe de la douceur pour aller visiter un endroit qui m’intriguait depuis un petit moment. J’ai donc embarqué femme et enfants en direction d’Alost pour aller visiter Cimorné.

En quelques mots, Cimorné est un lieu de rencontre pour les entrepreneurs créatifs établi dans un bâtiment industriel qui abritait autrefois une usine de broyage de verre. Aujourd’hui, on y trouve un magasin de vélo et son atelier, un café, une coiffeur,… mais également des artistes de passages qui viennent exposer leurs oeuvres.

Quoi de plus normal donc que d’aller découvrir l’endroit en vélo et en empruntant les petits chemins du Brabant flamand et de la Flandre-Orientale via le Fietsnet, ce réseau de voiries cyclables référencées et traversant toute la Flandre. Une fois la route planifiée, il ne nous restait plus donc qu’à avaler la trentaine de kilomètres nous séparant de Cimorné. Si le  début chemin dans dans les quartiers résidentiels du Brabant est assez ennuyant, au bout de 4 à 5 km, on arrive assez vite au milieu des champs et la route devient tout de suite beaucoup plus agréable. Cette route continue pendant une dizaine de kilomètres au bout desquels on rejoint la Dendre qui nous emmène au fil de son cours jusqu’à destination. Je recommande donc vivement la balade qui se fait aisément avec enfants (en remorque pour nous). Mais attardons nous plutôt sur le motif réel de notre balade.

Comme je le disais donc précédemment, le lieu abrite un magasins de vélo et son atelier, une café, un salon de coiffure et des ateliers en résidence.

De Fietserij

Comme son nom l’indique, on parle bien ici de vélo. C’est clairement l’occupation principale du lieux avec un point de vente et surtout un gros atelier. Ce qui est assez normal parce que l’on vous vend, répare, loue et customise des vélos. Evidemment, une foule d’accessoires pour personnaliser votre bécane ou la rendre encore plus efficace. Je n’ai pas vraiment pu tester le service, mais vu le nombre de gens qui sont passés durant notre visite, on peut se douter que la qualité est au rendez-vous.

 

De Bevoorrading

Littéralement, on peut traduire cela par le « ravitaillement »; moment important dans une course cycliste pour ne pas avoir une fringale. Le lieu n’est pas très grand mais c’est suffisant pour accueillir une trentaine de couverts. A la carte, rien de bien sophistiqué mais plutôt de l’efficace. Spécialités de la maison: les « krok » préparé par le « chef Krok ». Evidemment, chaque croque-monsieur fait référence au monde du cyclisme afin de rester dans le thème. On notera aussi un classique de chez classique: la soupe tomate et boulettes façon « boma ». Sinon côté sucrerie, on note une spécialité locale: le « vlaai taart » ou flan en français, spécialité du coin. Enfin, quelques bières parce qu’on est en Belgique et que c’est indispensable. J’ai testé la « Cyclist », une bière blonde douce-amer.

 

 

Un petit bonus pour la fin, le lieu possède une mini vélodrome fonctionnel! Je n’ai pas eu la chance de pouvoir le tester mais vu les traces de pneus sur le parquet, je peux vous garantir qu’on peut l’utiliser. Donc lors de ma prochaine visite, promis je teste et on filme tout ça 😉

img_1403

En conclusion, si vous avez envie de vous faire une petite balade automnale, de faire une pause dans un endroit sympa, faire le plein et repartir, Cimorné est l’endroit qu’il vous faut.

Cimorné – Alost

Brikbike – Le vélo étudiant

Si nos petites têtes blondes et nos adolescents en crises ont déjà repris le chemin de l’école, ce n’est pas encore le cas pour les universitaires. La rentrée académique étant prévue pour le 15 septembre, il vous reste alors encore un peu de temps pour aller réserver votre vélo étudiant!

Le site Brik.be, déjà très populaire en Flandre, offre des services aux étudiants et les informes sur les démarches à faire, les choses à voir et plein d’autres choses. Avec le soutien de Bruxelles Mobilité et en collaboration avec Cyclo asbl, Brik propose donc désormais aux étudiants bruxellois de louer un vélo de seconde main pour un prix intéressant et ce durant la durée de leur cursus. Cette initiative existait déjà en Flandre dans les grandes villes universitaires où les étudiants pouvaient faire la demande de location de vélo auprès de l’administration régionale flamande.

Cela est désormais rendu possible à Bruxelles. Vous pouvez aller jeter un oeil sur le site BrikBike et introduire une demande de location de vélo.

logobb-small

Je dois vous avouer que j’aurais bien aimer que cette initiative soit déjà en place lorsque j’étais encore aux études. Mais rien ne sert de ronchonner, aujourd’hui cela existe et il faut en profiter.

A nos amis students, foncez réserver votre bike!

 

 

Brikbike – Le vélo étudiant

Lectures estivales

Hello les amis.

L’été n’étant pas encore tout à fait fini, je vous fais part de quelques ouvrages que vous pouvez parcourir tranquillement couché dans votre hamac, au bord de la piscine ou à la plage. Si vous n’avez pas l’occasion d’emporter votre vélo sur votre lieu de vacances, vous pouvez toujours virer un slip et caser quelques revues et livres dans votre valise.

IMG_1368

On commence avec un grand classique estival le hors-séries de So Foot – PEDALE. Mais cette fois ce n’est pas simplement le hors-série mais bien d’un mook qui retrace la grande histoire du cyclisme. 196 pages d’histoire, d’anecdotes, de photos et de reportages sur le cyclisme d’aujourd’hui et d’hier. Vous pouvez vous le procurez en ligne ici.

IMG_1371

On enchaine sur deux petits livres écrits par Eric Fottorino, journaliste et écrivain, mais avant tout passionné de cyclisme. Il pratiquera le sport en amateur durant sa jeunesse et utilise, aujourd’hui, son expérience dans ses livres. Pour ma part, j’ai choisi Petit éloge de la bicyclette  et Petit éloge du Tour de France. Il a une approche un peu intello du vélo mais c’est assez agréable à lire et il arrive à transcrire assez brillamment ce que cela représente d’être un mordu de vélo. Ils sont disponibles chez Folio pour la somme astronomique de 2€ pièce 😉

IMG_1369

Enfin, pour ceux qui n’aiment pas vraiment lire mais aiment regarder les images, je vous propose ce petit ouvrage assez sympathique qui regroupe de très anciennes photos plutôt insolites sur l’origine du vélo. Ce petit ouvrage intitulé PETITE REINE et publié par la Bibliothèque nationale de France dans le collection L’Oeil curieux.

IMG_1370

Je vous invite donc à profiter de ces derniers jours de vacances pour vous plonger dans ces quelques ouvrages qui vous feront pédaler l’esprit pendant que vos jambes se reposent.

A++

Lectures estivales