200 -Le MAG / C’est comme le vélo…

Bonjour à toutes  et tous ! Après Paris, on reste chez nos amis français (à croire qu’on les aime bien finalement 😉 ) pour un article en 2 temps. On va d’abord aller se balader du côté du magazine vélo 200 et ensuite embarquer pour une petite virée au sein d’une expo photo vélo pas comme les autres.

200 – Le MAG

« Aimer, rouler, avoir froid » sont les mots en couverture du dernier numéro du magazine 200 et cela en dit long sur l’état d’esprit de la rédaction. En tant qu’amateur de vélo, j’ai longtemps cherché un chouette mag de vélo qui ne soit pas uniquement rempli de tests de super bécanes impayables et d’interviews des jeunes espoirs d’une équipe néo pro du fin fond du Limbourg. Mais en Belgique, terre du cyclisme s’il en est, c’est mission impossible. J’avais fait un article il y a quelques temps sur des super revues mais on était vraiment plus dans une format « mook » que dans le vrai magazine sur le vélo. Et puis, il y eut 200 ! Je suis tombé un peu par hasard sur leur page Facebook et j’ai liké. Si le mag est compliqué à trouver en Belgique, j’ai profité de mon escapade parisienne de début février pour acheter le magazine en kiosque. Depuis, je ne le lâche plus!

001_200-11

La légende veut que « 200 » soit pour le fait que les créateurs ne roulent jamais moins de 200km lors de leur sortie… le mythe reste intacte. En attendant, le style est frais et différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’ici. Les sujets sont passionnants et on sent l’amour de l’effort et de la souffrance. Une chose différente, ce n’est pas un magazine de « mec » où les femmes font l’objet d’un numéro spécial par an. Les articles retracent les exploits fous ou les simples histoires des amoureux et amoureuses du vélo. Bon, on n’échappe pas aux tests de vélos mais bon au fond de moi, j’aime quand même bien ça…    Bref si vous n’êtes pas déjà abonnés, faites-le !!!

C’est comme le vélo…

Un flyer qui trainait sur le comptoir d’un café-vélo à Paris avec une photo d’un beau vélo acier des années 1970 et un texte assez intriguant sur une exposition de photos de vélos et la possibilité de repartir avec la photo et le vélo lui-même! Il n’en fallait pas plus pour attirer ma curiosité. Le concept lancé par  Olivier Placet et Roland Cogotti nous promet donc  d’admirer de magnifiques vélos en photos et en « acier ferme ». Les heureux acquéreurs auront donc deux fois plus de plaisirs; une première fois avec les yeux et une deuxième fois avec les mollets. Ci-dessous, un bref aperçu de leur travail.

Pour ceux qui auront l’occasion de s’y rendre, l’expo se tiendra d’abord à la mi-mars à Toulon. L’expo viendra ensuite sur Paris avec une avant-première parisienne en avril et puis l’expo grand public en juin. Vous trouverez toutes les infos utiles sur leur page Facebook ici. Si jamais l’envie leur prend de venir présenter l’expo à Bruxelles, je serai leur premier client 😉

200 -Le MAG / C’est comme le vélo…

À Paris, au fil des cafés-vélos

Bonjour les amis! Après un petit break et plein d’aventures, Cyclogram repart pour un petit tour. J’ai plein de choses à raconter car il y a plein de choses qui se sont passées mais là j’ai envie de commencer par un sujet que j’aime particulièrement: les cafés-vélos!

J’ai eu l’occasion, en ce début de mois de février, de faire une petite escapade parisienne. Et sur ma « to do » liste, j’avais coché plusieurs adresses de cafés-vélos. J’ai donc trainé ma copine à travers la capitale française pour une petite tournée de ces lieux où se mélange  passion du vélo et délicieuses boissons chaudes.

Au sommet de ma liste se trouvait Steel Cyclewear & Coffeeshop! J’étais très impatient de découvrir ce lieux car je suis leurs activités sur Facebook depuis un bon moment. J’étais tellement impatient que je suis arrivé trop tôt avant même l’ouverture et que j’ai donc bavé devant la vitrine et les volets fermés.

J’ai donc pris mon mal en patience et suis revenu plus tard. Mais ayant mal géré mon temps, je suis arrivé 30 minutes avant la fermeture. Suffisant pour faire le tour du magasin mais trop tard que pour commander quelque chose à boire ou à manger. Néanmoins, l’endroit est vraiment chouette, les gars sont hyper sympas et le shop propose un choix vraiment pointu en terme d’équipements vélo et autres vêtements adaptés à la pratique du biclou en ville. Après, il ne faut pas se mentir, on reste dans un marché assez haut de gamme mais chacun peut y trouver son bonheur. Après avoir essayer une tonne de veste, je ne suis finalement reparti qu’avec 2 paires de chaussettes 🙂 Mais les gars sont restés hyper cool et ça c’est vraiment top. Sinon, comme je l’ai dit, je n’ai pas pu tester la nourriture mais le menu avait l’air assez sympa. Ce sera pour une prochaine visite ! Dernier élément, les mecs organisent des sorties de groupes qui fonctionnent pas mal et qui permettent de découvrir les routes autour de Paris!

En seconde position, je voulais aller voir KM O (lire kilomètre zéro). Là on bascule directement dans la pratique sportive du vélo et le slogan met tout de suite dans le bain: « Le camp de base » du cycliste. On y trouve du matériel dernier cri et hyper performant. L’ambiance est vraiment axée sur l’esprit cyclo-sport, voir même néo-pro. Les personnes qui y travaillent sont accueillantes et connaissent vraiment bien leur métier. Le coin « café » est assez réduit mais propose tout de même quelques sélections de petites choses à boire et à manger. Mais surtout, on trouve plein de produits énergétiques: barres de céréales, boissons hydratantes,… Mais l’atout de KM O, c’est également de proposer tout un tas d’activités liées à la pratique du vélo. Cela va du cours de spining au cours de yoga spécial pour les cyclistes en passant par des sorties de groupe. Bref, si vous voulez de la perf, vous serez servis !

 

Enfin, vient en troisième position le coup de coeur parmi mes visites parisiennes. J’ai eu le plaisir de découvrir La Chouette. Ce petit café-vélo n’est pas très grand mais possède un charme fou. J’ai eu l’occasion d’y prendre comme on dit chez nous le « 10h » et c’était vraiment bien. Le concept est simple: nourriture simple et mécanique simple. Pas de fioritures, pas de chichis, ici on fait du bon et du beau. Côté nourriture, ils ont misé sur des classiques: bagles, cookies, fondant au chocolat,… Côté boisson: on a un très bon café (je ne suis pas amateur d’habitude mais c’était vachement bon en bouche!) et de très bons thés. Tendance oblige, on a évidemment des boissons au thé matcha! Côté mécanique: on  part sur un atelier assez réduit mais capable de dépanner n’importe quel vélo en rade. Par contre spécialité de la maison: retaper et revendre d’anciens vélos. On est quasi exclusivement sur du cadre acier des années 70; on trouve 1 ou 2 vélos un peu plus récents mais à la mécanique simple.

Bref, je persiste et signe en disant que c’est mon coup de coeur à Paris. Le côté chaleureux du lieu m’a convaincu. C’est LE café-vélo dont il faut s’inspirer pour Bruxelles.  A bon entendeur…

 

 

 

À Paris, au fil des cafés-vélos