The Chain Stay, Oudenaarde – Auberge à cyclistes

Lorsque mon imagination et ma passion du vélo se rencontrent, cela donne naissance à des idées et des envies de projets autour du vélo (le fait de tenir ce blog en fait partie). J’ai déjà imaginé développer une série d’idées (originales ou inspirées de l’étranger) mais sans jamais vraiment en concrétiser une seule soit par manque de temps, d’argent ou tout simplement par peur de tout lâcher au risque de mettre à mal ma famille ?

Quoi qu’il en soit, un des projets que j’avais imaginé était d’ouvrir une sorte de « gîte » aménagé pour la pratique du vélo loisir ou un peu moins loisir et plus pro. Et bien figurez-vous que ce lieux existe déjà dans notre belle région flamande, à Oudernaarde. Le lieu s’appelle The Chain Stay et se trouve en plein territoire des classiques flamandes. Ce nom anglophone pourrait simplement être le fait d’un effet marketing, mais au contraire les propriétaires des lieux ne sont autres que Gregg Fermer, ancien cycliste pro américain et sa femme Holly, belgo-canadienne. Ensemble ils ont crée cet hôtel / maison d’hôte qui accueille sous le même toit les cyclistes du dimanche et les aspirants professionnels.

us_muur_10-285x300

On y trouve donc tout ce qu’un mordu de vélo peut rêver dans un cadre familial. Les chambres sont confortables et la maison dispose de ces propres installations d’entretien et de mécanique vélo. On peut également bénéficier d’un programme d’entrainement ou d’un programme de nutrition. Il est également possible d’obtenir des soins de récupération physique. Bref, le paradis de n’importe quel fondu du vélo.

Si l’on peut aisément comprendre que ce lieu affiche complet durant la saison des grandes classiques flandriennes, en consultant le calendrier des réservations vous comprendrez qu’en fait The Chain Stay est réservé presque toute l’année. La région en question attirant des cyclistes de tous bords et de toutes origines.

Donc si vous cherchez un endroit pour pratiquer votre passion et en même temps être accueilli chaleureusement avec tout votre matériel cycliste, The Chain Stay is the place!
Si vous souhaitez plus d’information, vous pouvez aller sur leur site internet ou encore aller visiter leur page Facebook.

Keep on riding !

The Chain Stay, Oudenaarde – Auberge à cyclistes

Made in Belgium – Coureur du monde

Lorsque l’on parle de « vintage » en cyclisme, on pense toute de suite aux cadres en acier, aux changements de vitesses sur le cadre ou encore aux maillots pure laine. C’est dans le pur esprit rétro que la marque belge Coureur du monde s’inscrit sans complexe.

cdm_logo

J’ai découvert cette marque il y’a quelques années maintenant alors qu’elle se lançait discrètement sur le marché belge. Lancée à Gand par des amoureux du cyclisme, la gamme proposait à ses débuts des polos inspirés des maillots portés par les grands cadors du cyclisme des années 1950 aux années 1970. Depuis, ce style mixé entre rétro-chic et design contemporain urbain est devenu leur signature.

CdM_Rek

On appréciera les petits détails tels que le petit bouton dans le col ou encore la poche à l’arrière rappelant de ce fait les poches à ravitaillement présente sur les jerseys des coureurs.

Enfin, cette année a vu la sortie d’une édition spéciale pour le Tour des Flandres qui fêtait sa 100ème édition. Le polo créé pour l’occasion reprenait évidemment le style de la marque et adoptait les couleurs « zwart en geel »; symboles de la Flandre.

CdM_2016_deronde3_35313saveforweb_grande

Enfin, comme le titre de l’article le précise, c’est Belge et c’est tant mieux ! Du coup, si vous aimez le vélo, le rétro et les fringues confos, pas de doutes que vous apprécierez ces chouettes polos ! Allez assez de rimes en « o » et à bientôt 😉

Made in Belgium – Coureur du monde

Bikeway to Hell

Le pitch est simple: 320km entre Ostende et Virton en moins de 24h… C’est le pari un peu fou que ce sont lancés deux frères mordus de vélo; proposer une course amicale sur une diagonale traversant le pays du nord au sud. Il fallait y penser!

logo bikewaytohell

Le format fait un peu penser aux courses cyclistes à l’ancienne qui parcouraient des distances bien plus importantes que celles que l’on observe aujourd’hui dans les grands tours. Ici la courses se déroule en une seule étape mais il va falloir de bon mollets et une sacré dose d’entrainement pour avaler la distance et le dénivelé croissant entre les bords de la mer du Nord et les Ardennes. Je vous invite à aller faire un tour sur leur site Bikeway to Hell ou encore sur la page Facebook de l’event.

Départ prévu le 24 juin prochain à 20h00 de Ostende et arrivée prévue 24h plus tard à Virton pour les meilleurs. Rassurez-vous, ceux qui n’arriveront pas à battre le double tour d’horloge seront visiblement tout aussi méritant que les autres. En attendant, les inscriptions sont toujours ouvertes mais le nombre de participants est limité à 50!

Bikeway to Hell

Vélo au salon

Bon… j’avoue que je n’ai pas tenu ma promesse formulée dans mon article précédent; à savoir continuer à alimenter ce blog. Est-ce que j’ai des excuses ? Un peu quand même… On m’a volé mon fidèle Brompton (bon en 7 ans de vélo quotidien, fallait bien que ça m’arrive au moins une fois!) et je dois admettre que cela m’a affecté plus que je ne le pensais. Mais bon, la page est tournée et c’est surtout une bonne excuse pour pouvoir me racheter un nouveau vélo 🙂 Quoi qu’il en soit, mise à part ce évènement fâcheux, je n’ai pas vraiment d’autre excuse que celle du manque de temps. Mais qu’à cela ne tienne, je compte bien m’y remettre sérieusement. En plus avec la belle saison arrivant (oui oui on l’attend toujours le printemps, et encore plus l’été), l’envie de faire du vélo et de parler vélo ne fait que se renforcer.

C’est donc en utilisant mon vol de vélo comme transition que je vous propose un sujet sur le développement des « étagères à vélo » où comment le vélo devient un objet à part entière de notre habitation. L’article n’est pas écrit par mes soins (ok je triche un peu pour ce premier article…) mais par un bon pote à moi, Julien, qui se sentait inspiré et qui souhaitait contribuer au blog. Merci Ju (et désolé pour le délai…). Je vous laisse découvrir son texte ci-dessous et les chouettes photos.

Faire du vélo au quotidien implique le plus souvent garder son vélo à l’abri du vol, des intempéries et donc le laisser à l’intérieur. De plus, le mettre dans son salon est plus simple que de le descendre quotidiennement dans la cave, ce qui implique une certaine gymnastique  alliant ouverture de portes à fermeture automatiques et descente de cage d’escalier bien trop étroite.  Tout ça pour devoir le remonter le lendemain.  Soit, c’est l’enfer !
De plus, un vélo, sans avoir besoin d’un cadre chromé et de roue au pneu rose-fuchsias,  reste un bel objet (du moins c’est mon avis). L’exposer ne peut donc qu’être bénéfique pour votre décoration intérieure. Que ce soit pour l’une ou pour l’autre raison (ou pour les deux), les meubles pensés pour pouvoir accrocher ou poser votre deux-roues sans prendre inutilement de place gagnent en nécessité. Ces dernières années, profitant de l’attrait croissant de la pratique du vélo en ville, ces meubles sont devenus de véritables créations d’ébénisterie et non plus simplement deux crochets au mur. Que ce soit pour suspendre son vélo ou pour le poser sur une commode, ces designers se sont penchés sur la question et ont sorti de bien belles pièces.

Outre l’aspect pratique de ne pas devoir descendre votre vélo et de pouvoir maximiser le temps de contemplation de votre deux-roues depuis votre salon,  avoir votre vélo exposé de la sorte vous poussera à l’utiliser à chaque occasion qui se présente.

De la pièce de métal savamment pliée pour y poser son cadre, jusque le meuble avec tiroir et/ou pose-casque, il y a de tout. Ces meubles étant encore l’apanage des designers, il est tout à fait possible de vous faire vous-même plaisir à moindre cout.

Vélo au salon